MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Jeunes Communistes des Hauts de Seine (MJCF92)

Jeunes Communistes des Hauts de Seine (MJCF92)

Nelson Mandela, le combat continue !

 
 
 

Les jeunes communistes ont appris avec une immense tristesse la mort de Nelson Mandela, leader historique de la lutte pour l’abolition de l’apartheid en Afrique du Sud et figure internationale inoubliable du combat pour l’émancipation des femmes et des hommes.

 

Nous exprimons nos plus sincères condoléances à tous ses proches et ses camarades de lutte. En ce jour de deuil mondial, les jeunes communistes de France adressent toute leur solidarité et leurs sentiments les plus fraternelles à leurs camarades et leurs amis en Afrique du Sud.

En France, le nom de Nelson Mandela résonne comme celui de l’un des grands combats de solidarité internationale qui ont marqué plusieurs générations. Pour toute une jeunesse, le combat pour la libération de Mandela a été le signe de ralliement pour rejeter la haine raciste et l’oppression capitaliste.

 

Sa disparition n’entame en rien l’actualité de son combat en Afrique du Sud comme en France !

Plus que jamais, la crise mondiale du capitalisme aggrave la misère et l’oppression de bien des peuples. A commencer par les Sud-Africains qui luttent quotidiennement pour conquérir une véritable émancipation économique et sociale. Sur tous les continents, et singulièrement tout autour de la méditerranée, les peuples et les jeunes se mobilisent face à l’arbitraire de leurs gouvernements et aux forces d’extrême droite qui ressurgissent du passé pour combattre les aspirations à renouer avec les solidarités, le partage du travail et des richesses.

Plus que jamais en France l’heure est à de grandes mobilisations pacifiques pour refuser la haine et la violence de l’extrême droite. Nous invitons tous les jeunes de France à se mobiliser pour amplifier encore les combats pour refuser les impasses de l’austérité et des discours de divisions.

 

“We know too well that our freedom is incomplete without the freedom of the Palestinians.”

Les jeunes communistes ont été une force motrice des mobilisations en France pour en finir avec l’apartheid et libérer Nelson Mandela. Nous poursuivrons notre combat sans relâche car nous sommes convaincus que nous ne serons jamais pleinement libres tant qu’un peuple est oppressé dans le monde. Nous ne lâcherons rien jusqu’à ce que la France se mobilise pour abattre le régime d’apartheid qui s’est installé en Israël et en Palestine. Nous ferons libérer Marwan Barghouti, tous les autres prisonniers politiques et feront reconnaitre pour tous les palestiniens un État digne de ce nom.

 

« Amandla ngawetu »!

 

(Le pouvoir aux peuples).

Le Mouvement Jeunes Communistes de France.

 

---

Très tôt, Nelson Mandela avait rejoint la lutte anti-apartheid au sein de l’African National Congress (ANC), interdit dès 1960. Face à la violence de la répression mise en place par la minorité blanche, qui accaparait les pouvoirs politique et économique, Mandela se lance dans la résistance par le sabotage en fondant la branche militaire de l’ANC. Arrêté, il a passé 27 années en prison (il était condamné aux travaux forcés à perpétuité).

Pendant toutes ces années, l'ANC et Mandela ont été taxés de terroristes par les grands possédants, les politiciens de ce monde. Pendant toutes ces années, les gouvernements capitalistes coopéraient avec la dictature raciste qu'était l'Afrique du Sud, soutenaient l'Apartheid car il faut diviser pour mieux régner...

À ce moment, seuls les communistes, les pays socialistes (URSS, Allemagne de l'Est ou encore Cuba pour ne citer qu'eux) soutiennent le combat de l'ANC et de Madiba.

Face à la campagne internationale de boycott de l’Afrique du Sud, aux nombreuses actions de soutien dans le Monde entier - en France organisées par les Jeunes Communistes, le PCF, la CGT et d'autres organisation progressistes démocratiques - luttant pour la libération de Mandela, les autorités sud-africaines se voient dans l’obligation de le relâcher en 1990.

Refusant de voir son pays basculer dans la guerre civile, Mandela a travaillé avec conviction à la réconciliation des communautés blanches et noires, tout en supprimant l’apartheid. Lors des premières élections non raciales, il est élu président de l’Afrique du Sud pour 5 ans, après avoir reçu le prix Nobel de la Paix en 1993 pour avoir mis fin à l’apartheid dans la paix. Durant son mandat, il s’est acharné à combattre les inégalités économiques dans son pays, après des décennies d’apartheid.

Malheureusement, la suppression de l’apartheid ne s’est pas doublée d’une révolution économique et sociale, ce qui a maintenu dans le pays les inégalités entre les populations. Ses effets néfastes se font encore ressentir aujourd’hui. Ainsi, le pays a connu ses plus grandes grèves depuis 20 ans cet automne, après l’assassinat en août par la police de 34 mineurs mobilisés contre des baisses de salaires et plus de 30.000 licenciements. Les jeunes communistes ont en outre pu le constater lors du Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants en 2010 en Afrique du Sud.

Le Mouvement des Jeunes Communistes de France est donc pleinement solidaire de la douleur du peuple sud-africain en ce jour de deuil et rend hommage à la lutte historique de Nelson Mandela et à sa victoire contre l’apartheid. Le MJCF se rend également solidaire du peuple sud-africain, qui reprendra le flambeau de Mandela pour mener le changement à son terme. Après l’apartheid politique, c’est au tour de l’apartheid économique et sociale de rendre ses armes, en Afrique du Sud et dans le Monde entier.

 

Nelson Mandela, le combat continue !